Ne laissez pas l’humidité s’installer dans les anciens conduits !

15/03/2017 - conseil

Pour éviter infiltrations et perte de chaleur dans votre ancien conduit maçonné, tubez-le avant de le raccorder ou condamnez-le efficacement.

Agnès (Mirande) : « J’envisage de m’équiper d’un poêle à bois et de le raccorder à un conduit de cheminée existant, qui est assez ancien. J’ai détecté des traces d’humidité, ce qui m’inquiète. Vaut-il mieux réutiliser ce vieux conduit ou le condamner ? Que me conseillez-vous ? »

C’est un fait, l’humidité a tendance à s’installer dans les conduits peu ou pas utilisés. L’eau de pluie peut y entrer, se trouve bloquée et imbibe la maçonnerie, provoquant à la longue des dégradations.
De plus, l’air chaud du logement s’échappe par le conduit laissé ouvert ou mal fermé, quand ce n’est pas l’air froid extérieur qui entre (phénomène accentué par la VMC). Inutile de faire attention à l’étanchéité des portes et des fenêtres si les calories s’envolent par la cheminée !

La question d’Agnès appelle une remarque préalable : avant de faire un choix technique, il est important de demander à un installateur qualifié d’établir un diagnostic sur l’état de la maçonnerie du conduit, car chaque cas est particulier.

Le tubage : simple, efficace et sécurisant

Le meilleur moyen de protéger un conduit de fumée, c’est de le rénover pour l’utiliser ! Et c’est une vraie chance de disposer d’un conduit en attente, même ancien, quand on a un projet de chauffage complémentaire !
Le tubage permet de rendre le conduit étanche aux fumées pour une plus grande sécurité, mais aussi d’adapter son diamètre pour obtenir un bon tirage et prévenir la condensation.

Pour répondre à toutes les configurations, Cheminées Poujoulat propose deux types de tubage dans sa gamme Tubaginox :
• un tubage rigide pour les conduits de cheminée droits
• un tubage flexible pour les conduits de cheminée qui présentent des obliques ou des angles.
En partie haute de l’installation, une plaque d’étanchéité empêche l’eau de rentrer, fini les infiltrations !
En partie basse, le raccordement au poêle « ferme » l’installation. De plus, les appareils de chauffage récents ont une fermeture d’évacuation et d’arrivée d’air qui empêche la perte de chaleur.

Mieux vaut condamner un conduit non utilisé

Pour s’épargner tous les désagréments évoqués précédemment, n’hésitez pas à boucher un conduit qui ne sert pas. Il suffit de le fermer en haut et en bas, pour rendre la lame d’air qu’il contient inerte. Pour renforcer son étanchéité thermique, on peut le remplir pour mieux l’isoler, avec des billes d’argile par exemple.

Vous souhaitez être contacté par un installateur ?

> Rentrez en contact avec un de nos partenaires poseurs

Autres articles

Plus d'articles