Comment optimiser son foyer ouvert grâce à un insert ou un foyer fermé ?

02/03/2017 - Economie d'énergie

Fini l’insert massif installé dans les années 1980, avec ses bouches d’air qui noircissaient les murs ! Pour celui-là, mis à part un bois de qualité, il n’existe pas de solution d’optimisation, mieux vaut le changer…
Il en va des foyers fermés comme des poêles : en moins de vingt ans, tout a changé, côté performance et côté design ! Pour transformer une cheminée existante, les inserts modernes s’adaptent en style et dimensions : ils ont gagné en sobriété et bien sûr en rendement. Quant aux foyers en acier ou en fonte qui s’intègrent dans une maçonnerie prévue pour eux, leur sobriété et leur élégance magnifient le feu, qui semble sortir du mur.
Ces appareils modernes vous apportent bien plus que le plaisir d’une flambée : vous pouvez compter sur eux pour faire des économies. Ce qu’il faut savoir.

Choisir et installer le bon appareil
Vous le savez probablement : une cheminée à foyer ouvert n’est pas considérée comme un moyen de chauffage compte-tenu de son faible rendement énergétique (10 à 15 %) et de ses importantes émissions de polluants dans l’atmosphère. Préférez plutôt les inserts et les foyers fermés modernes : ils offrent des rendements supérieurs à 70 % quand ils sont labellisés Flamme Verte, qui atteignent couramment 85 %. Ils sont faciles d’entretien et d’utilisation. Et les fabricants proposent des modèles à l’esthétique très tendance, qui transforme ces foyers fermés en éléments de décoration à part entière.

Côté puissance, ne vous trompez pas ! Si vous avez besoin que votre appareil joue un rôle à l’année dans le chauffage de votre habitation, choisissez-le à haut rendement, avec un foyer à post-combustion.

Dans la plupart des cas, avec un conduit maçonné, ces appareils peuvent être raccordés sans réaliser de travaux trop lourds, avec un tubage. S’il faut créer un conduit de fumée dédié, il existe chez Poujoulat des solutions à la mise en œuvre simple et sécurisée. Dans tous les cas, nous vous recommandons de faire réaliser l’installation par un professionnel, qui fera un diagnostic et vous proposera des solutions conformes aux règles spécifiques de la norme NF DTU 24.1 et 24.2.

Bon à savoir : les conduits de raccordement desservant des inserts doivent être exclusivement métalliques.

 

Tuber un conduit traditionnel Créer un conduit de cheminée Raccorder l'appareil
sur le conduit de cheminée

 

La distribution d’air chaud réchauffe toute la maison
Le premier moyen d’optimiser votre foyer fermé, c’est la distribution d’air chaud. Comment ça marche ?
Un moteur installé dans les combles puise de l’air dans la pièce où se trouve le foyer. L’air est poussé dans un échangeur et se réchauffe au contact de la chaleur émise par le conduit de fumée du foyer (voir schéma). Il est alors distribué par des bouches de ventilation dans les pièces éloignées, les chambres par exemple. La distribution d’air chaud y est régulière, à température constante. Le chauffage principal, moins sollicité, consomme moins.

Confort +
Système de récupération et de distribution d’air chaud pour foyer fermé, poêle à bois ou à granulés

Avec le régulateur de tirage, 8 à 12 % de combustible économisé
Cet élément technique qui s’installe sur le conduit de raccordement fait des miracles pour un coût modique ! Il place votre insert bois ou votre foyer fermé en situation de rendement optimal, tout simplement.
En effet, les fabricants indiquent sur leurs notices un rendement observé dans des conditions de test qui sont très rarement réunies dans votre logement : le conduit est plus long, l’air extérieur est très froid, la température des fumées trop chaude… bref : la vraie vie ! Mais tout cela fait baisser très sensiblement le rendement de votre appareil de chauffage au bois, qui surconsomme.

Le régulateur de tirage (Regul’Tech ou Regul’Inox de Poujoulat) injecte dans le conduit la quantité d’air strictement nécessaire à une combustion performante, donc faiblement consommatrice de bois, donc moins émissive. Il est parfaitement silencieux.
Prenons un exemple : dans une maison moderne de 120 m2, construire après 2000 et moyennement isolée, équipée d’un foyer fermé, la consommation de bois de qualité était de 12,3 stères/an, soit 950 € environ. Depuis l’installation d’un régulateur de tirage, la consommation est passée à 10,7 stères/an (800 €), soit 150 € d’économie annuelle. Ce qui veut dire que le régulateur sera amorti sur deux à trois ans.

Parlez-en à votre installateur : tous ne pensent pas à le proposer.

Et n’oubliez-pas…
… que votre appareil doit être labellisé Flamme verte 5 étoiles pour bénéficier du crédit d’impôt.
… de préférer du bois bûche ou des bûches densifiées de qualité, certifiés NF biocombustibles solides / NF Bois de chauffage, au taux d’humidité contrôlé.

 

Autres articles

Plus d'articles