Je fais ramoner ma cheminée, obligatoirement !

12/07/2016 - conseil

Une cheminée qui fonctionne doit être entretenue, c’est une évidence. Mais il est tellement facile de laisser passer du temps entre deux ramonages, et « d’oublier » ! Ou d’y penser trop tard dans la saison, lorsque l’appareil de chauffage est de nouveau en fonctionnement. Et si vous profitiez de l’été pour faire le point ?

ramoner conduit de fumée

Qu’est-ce qui se dépose dans mon conduit de fumée ?

• Le bistre est un dépôt jaune noirâtre qui se forme à partir de résidus de combustion véhiculés par la vapeur d’eau. Il résulte d’une condensation abondante et apparaît souvent momentanément, au moment de l’allumage du foyer. Il n’est pas inflammable.

• La suie provient des particules combustibles et du carbone volatil non brûlés. Elle se dépose dans les coudes et les élargissements du conduit, là où la vitesse est réduite. Elle est aussi rejetée au dehors et occasionne une gêne. Elle s’accroche aux parois du conduit en formant des moutons composés de particules, de goudrons, de résines et de poussières graisseuses, très inflammables.

• Le calcin est formé de goudrons, de résines et de suie agglomérés, produits notamment par la combustion du bois. On peut le trouver sur toutes les parois du conduit de fumée, y compris dans le raccordement même des appareils de chauffage. Le calcin fond à 130°C et s’enflamme facilement.

Pourquoi est-ce dangereux ?

Tous ces dépôts encrassent le conduit, dont le tirage diminue. Dès lors, des gaz de combustion peuvent être refoulés et envahir le logement. Certains, comme le monoxyde de carbone, inodore, peuvent entraîner la mort.

L’autre risque majeur est le feu de cheminée. Il prend dans le conduit, sous l’effet d’une combustion trop importante dans le foyer, d’une flammèche aspirée, d’un vent très fort qui active le tirage... d’autant plus facilement que les parois sont encrassées et présentent des matières inflammables.

Ramoner, en quoi cela consiste-t-il exactement ?

Le conduit de fumée est nettoyé mécaniquement sur l'intégralité de sa longueur, par exemple au moyen d’une canne équipée d'un hérisson. Cette action permet d'éliminer les dépôts ou suies accumulés sur la paroi intérieure du conduit. Les sorties de toit Poujoulat sont équipées d’un orifice sur la tablette qui permet le passage des cannes de ramonage.etapes de ramonage

Il est possible d’utiliser des procédés chimiques, comme les bûches de ramonage. Leur efficacité n’est pas suffisante pour qu’ils se substituent à un nettoyage par action mécanique. Ils agissent juste en complément.

Le ramonage doit être confié à un professionnel qualifié. Il vous remet à l’issue de son intervention un justificatif de ramonage, qui atteste de l’entretien : conservez-le pendant au moins deux ans, il sera demandé par votre assureur en cas de sinistre. Pour trouver un ramoneur près de chez vous www.ramoneur.fr.

Que dit la réglementation ?

Tous les conduits de fumée doivent être obligatoirement ramonés, qu’ils soient raccordés à un foyer ouvert, à une chaudière ou à un poêle, et quel que soit le combustible.

Le Règlement Sanitaire Départemental précise la fréquence à respecter :

  • • 2 fois par an pour le conduit d’une chaudière au fioul de type B ;
  • • 1 fois par an pour le conduit d’une chaudière au gaz de type B, si le conduit utilisé n’a jamais servi à l’évacuation de produits de combustion solide ou liquide auparavant.
  • • 2 fois par an pour le conduit d’une chaudière à bois, dont au moins une fois pendant la période de chauffe.

    Cette fréquence peut varier selon le département.

    Dans le cas d’un chauffage au bois, il est vivement recommandé de ramoner 3 fois ou plus dans l’année selon la fréquence d’utilisation de l’appareil. Un bon point de repère pour vous aider : après 6 stères de bois brûlés, ramonez !

    Et si je le fais moi-même ?

    Renseignez-vous auprès de votre assurance pour savoir si elle reconnaît le ramonage dans ce cas. Vous ne pourrez pas lui fournir de justificatif de ramonage, car seul un professionnel est habilité à l’établir. Généralement les assureurs exigent 1 à 2 ramonages par an, selon le taux d’utilisation de votre cheminée.


Bon à savoir
Après tout accident ou feu de cheminée, le système d’évacuation des produits de combustion doit être vérifié par un professionnel qualifié et remis en état si nécessaire. Si vous êtes locataire de votre logement, les frais de ramonage sont à votre charge (et généralement inclus dans les charges locatives).