Appareil de chauffage : quelle puissance de chauffe pour mon intérieur ?

29/11/2018 - conseil

La saison d’automne déjà bien entamée, vous êtes nombreux à vous demander comment choisir la puissance de votre future installation. Ludovic Plazer, installateur et gérant chez Chazelles à Niort (79), nous parle de l’importance de choisir un appareil correctement dimensionné et de se faire accompagner d'un professionnel qualifié. 

« Pourquoi choisir un appareil correctement dimensionné ?

- Le bon dimensionnement de la puissance de l’appareil par rapport au logement est important pour des raisons de rendement, de restitution de chaleur, de confort, et d’écologie aussi. Un appareil bien dimensionné va mieux fonctionner car il ne fonctionnera ni en sous-régime ni en surrégime.

- Que se passe-t-il lorsque l’appareil est en sous-régime ?

- En sous-régime, le rendement va être inférieur, le conduit et l’appareil vont s’encrasser beaucoup plus rapidement avec plus de dépôt de bistre ou de goudron. C’est le cas lorsque l’appareil est surdimensionné, on a alors tendance à le faire fonctionner en sous-régime. Il y a des années, on mettait des appareils très puissants qui fonctionnaient avec des réglages fermés. Résultat, ils s’encrassaient, ça fumait énormément, il faisait trop chaud…

- Et dans le cas d’un appareil sous-dimensionné ?

- Les gens ont alors tendance à vouloir suralimenter leur appareil en bûches de bois ou en granulés, ce qui peut entraîner une usure prématurée des composants électriques, voire même une déformation de l’appareil.

- En matière de "puissance d’appareil", la tendance semble plutôt à la baisse. Pourquoi ? 

- Il y a encore quelques années, j’avais très peu d’appareils à 6 kW ou 6,5 kW. Aujourd’hui, il y a beaucoup plus de choix dans les petites puissances d’appareils à bois, y compris pour les appareils à granulés. 

- Justement, est-ce que la puissance est le seul critère de choix de l’appareil ? 

- Non, bien sûr. On choisit l’appareil en fonction de plusieurs critères liés au logement lui-même : l’année de construction est un premier indice, puis le type d’isolation dans les murs et combles, le type d’huisseries, et le volume de la pièce où l’on va placer l’appareil. Ensuite, il y a les critères d’utilisation de l’appareil : l’utilisation est-elle régulière ou ponctuelle ? s’agit-il d’un appareil utilisé en complément de chauffage ou utilisé en source de chaleur principale* ? quelles pièces va-t-il chauffer ? etc. 

- D’où l’importance du conseil d’un installateur professionnel… 

- Très souvent, les gens ont choisi un appareil sur mon site internet avant de venir. En magasin, je les oriente vers d’autres produits plus adaptés à leurs besoins. Le choix d’un appareil ne peut pas être qu’esthétique ou pratique. De même, les simulateurs de puissance de chauffe sur internet ne peuvent pas remplacer la visite sur site du professionnel qualifié. Pour ces calculs, on s’appuie sur des abaques et des logiciels de dimensionnements d’appareils et de conduits. Il faut faire appel à un installateur qualifié

En règle générale, on parle d’1 kWh pour 10 m². Mais dans les maisons RT 2012 plus récentes, une puissance inférieure suffirait puisque l’isolation est plus performante. 

- Et l’énergie dans tout ça, on la choisit comment ? 

- Là encore, plusieurs choses à prendre en compte. Si on parle du prix au kilowatt heure, le bois bûche reste l’énergie la moins chère, le granulé est juste derrière. Viennent ensuite le gaz, le fioul et l’électricité, qui sont des énergies plus chères. Voilà pourquoi beaucoup de clients s’orientent vers le bois : le bois bûche pour des raisons économiques, et le granulé de bois pour des raisons pratiques mais aussi économiques

- Un dernier conseil pour être paré pour l’hiver ? 

- Je rappelle régulièrement à mes clients qu’un poêle ou un insert n’est pas un incinérateur. Donc on évite donc le papier journal, les boîtes à camembert, etc. Un feu s’allume avec une bobine de bois écologique sur le haut. Ça ne fait pas de fumée dans l’appareil, donc ça n’encrasse pas le conduit, ça ne fume pas au niveau de la sortie de toit. Ça marche très bien comme ça. » 

*Auparavant, et conformément à la RT 2012, l'appareil à bois ne pouvait pas être considéré comme chauffage principal de l’habitat, puisqu'il était exigé un système de chauffage additionnel autre qu’un chauffage d’appoint. Désormais, associé à un système de récupération et de distribution d’air chaud AIRWOOD, votre appareil bois peut devenir votre chauffage principal. Découvrez comment


Ces articles peuvent vous intéresser :

• Travaux de rénovation énergétiques : les aides financières disponibles
•  Tout savoir sur le nouveau Chèque Énergie