Comment améliorer la performance énergétique de son logement ?

Pour aller vers un habitat plus sobre au niveau énergétique, différents travaux de rénovation peuvent être entrepris. Menés séparément, ils peuvent déjà donner de bons résultats, mais lorsqu’ils sont réalisés "en bouquet", les résultats sont encore meilleurs. En jeu, votre budget énergie, votre confort et la préservation de l’environnement. Voici les grands chantiers à mener pour faire baisser vos consommations d’énergie. 

L'isolation des murs, point essentiel

  1. - L’isolation du logement 

C’est la base. Sans cela, vos systèmes de chauffage en hiver ou de rafraîchissement en été devront fonctionner plus intensément, et donc consommer davantage, pour compenser les failles de votre isolation. Les logements qualifiés de "passoires énergétiques" sont concernés par ce point. Ce sont des logements mal isolés, particulièrement énergivores et coûteux pour les habitants… et pour la planète. 

Voilà pourquoi une bonne isolation des combles, planchers, toitures et murs est prioritaire.

Les ouvertures (fenêtres et portes) vont également jouer un rôle dans cette "enveloppe protectrice" de l’habitat. Si le double vitrage est aujourd’hui le minimum requis, il existe d’autres types de fenêtres plus techniques à triple vitrage (excellente isolation thermique), ou même des vitrages permettant de maîtriser l’entrée du soleil dans la pièce, facilitant le contrôle de la température intérieure. La présence de volets et de stores sur les fenêtres, idéalement commandés par un système centralisé "intelligent", participe également à un meilleur maintien des températures intérieures. 

  1. - Le chauffage de l’habitat 

Une fois l’isolation terminée, le mode de chauffage est le second grand levier d’action pour faire baisser la consommation globale d’énergie du logement. Qu’il s’agisse de poêles à bûches, de poêles à granulés, de poêles ou de foyers gaz, de chaudières bois, de chaudières gaz ou fioul, les progrès réalisés par les fabricants d’appareils combinés à l’amélioration des systèmes d’évacuation de fumée et de la qualité des combustibles (dans le bois notamment) ont permis, ces dernières années, d’atteindre des niveaux de performance remarquables et inédits. 
 

 

Les appareils à haute performance énergétiques consomment désormais bien moins de combustible (bois, gaz ou fioul) pour des rendements équivalents, voire même supérieurs. L’impact sur la facture d’énergie s’en ressent très positivement. 

Exemple. D’un point de vue performance, le simple remplacement d’un foyer ouvert par un insert ou un poêle (avec système d’évacuation adapté) fait bondir le rendement de l’appareil de 10 % environ à au moins 75 % ! Sans compter le gain de sécurité, ni la réduction très nette des émissions de particules fines dans l’air… Bref, bénéfique à tous les niveaux. 

Quand le chauffage obéit au doigt et à l’œil

Les avancées technologiques ont permis la mise au point d’appareils de chauffage (chaudières, poêles à gaz, poêles à granulés ou même poêles hybrides) facilement contrôlables et réglables.

Désormais sur écran ou sur application mobile, on allume, on met en veille, on programme (sur place ou à distance), on visualise en temps réel les températures, on surveille les consommations et les stocks, et on reçoit des alertes pour ajuster selon ses besoins…

Lorsqu'on ne bénéficie pas de ces dernières fonctionnalités, l’installation de radiateurs dotés de thermostats permet de déterminer une température pièce par pièce et d’optimiser ainsi la gestion des dépenses d’énergies globales dans la maison.

  1. - Le choix des énergies 

Forcément lié aux appareils de chauffage et de production d’eau chaude sanitaire, le choix des énergies – renouvelables si possible – peut aussi permettre d’atteindre de meilleures performances. 

Par exemple, le système de distribution d’air chaud AIRWOOD Sunwood qui associe énergies bois (par le biais d’un poêle à bois ou d’un poêle à granulés) et solaire (par le biais de panneaux solaires en toiture) est un exemple de solution de chauffage 100 % énergie renouvelable ! Fonctionnant de manière complémentaire (relais ou appoint), le bois et le solaire peuvent couvrir l’ensemble des besoins de chauffage de la maison. 

Autre avantage, l’apport d’énergie électrique de l’option photovoltaïque en autoconsommation va contribuer à rendre l’habitat plus autonome énergétiquement. 

Enfin, dernier atout, le système AIRWOOD Sunwood offre la fonctionnalité "rafraichissement de l’air" de la maison en saison chaude. 

Pour évaluer la performance énergétique de son logement...  

Pour mesurer le bilan énergétique d’un bâtiment, on réalise un diagnostic de performance énergétique dont l'acronyme "DPE" est plus souvent utilisé. Cet audit énergétique est d’ailleurs obligatoire depuis 2007 lors de toute transaction immobilière (achat ou location). Il doit permettre au futur acquéreur ou locataire d’être informé de la performance de son futur bien.

Réalisé par un professionnel, le DPE va évaluer les performances du bâtiment sur de nombreux critères tels que le bâti, la qualité de l’isolation, des ouvertures, les consommations d’énergies des équipements (estimées ou réelles), les systèmes de chauffage, etc.


De cette analyse découle une note sur une échelle allant de A à F (A incarnant les bâtiments les plus performants, et F les moins performants). C’est la classe énergie de l’habitat. La seconde note attribuée est, elle, liée au taux d'émission de gaz à effet de serre.

  1. Pour financer des travaux d’amélioration énergétique... 

Pour atteindre une plus grande sobriété énergétique dans les bâtiments, il existe des aides et dispositifs spéciaux. Primes, crédits d’impôt, éco-PTZ (prêt à taux zéro), taux de TVA réduite, etc., vos travaux peuvent peut-être bénéficier d’un financement adapté. Rapprochez-vous des organismes spécialisés (ADEME, ANAH, pouvoirs publics locaux...).

Bonne rénovation !

CES ARTICLES PEUVENT VOUS INTÉRESSER