Le Groupe Poujoulat, une histoire de l’industrie française

Le film Groupe Poujoulat dévoilé au printemps nous donne l’occasion de revenir sur son histoire, sur quelques dates marquantes et sur les valeurs sur lesquelles il s’est bâti. Retour sur une aventure démarrée en 1950 dans les Deux-Sèvres avec la société du même nom, Poujoulat. L'histoire de cette dernière aura d'ailleurs profondément influencé l'histoire du groupe... 

Image de la montgolfière Cheminées Poujoulat en vol. Image extraite du film Groupe Poujoulat - 2022

1950 > 1985, le décollage 

Vous vous posez peut-être la question d'où vient le nom "Poujoulat" ? Poujoulat est tout simplement le nom de famille des fondateurs de la société qui voit le jour en 1950 dans les Deux-Sèvres. À cette époque, Poujoulat est une entreprise de quincaillerie puis de tôlerie à façon. En difficulté, la société est reprise en 1975 par M. Yves Coirier, qui va redresser l'activité et poser les jalons d'un futur groupe leader dans son secteur. 

À cette époque, le bâti évolue, on cherche à privilégier des composants moins lourds, entre autres au niveau des charpentes. Plus légère, la sortie de toit métallique fabriquée en usine et prête à monter répond à ce besoin. C'est ainsi qu'à partir de 1976, dans un contexte de choc pétrolier qui verra le chauffage au bois revenir en grâce dans les foyers français, Poujoulat installe le conduit de cheminée isolé et sa sortie de toit métalliques dans les nouvelles constructions (une solution complète !), là où les conduits maçonnés traditionnels étaient encore la norme. 

Plus économique, plus ergonomique et plus sûre (le conduit métallique offre une meilleure résistance à la pression liée aux montées en températures rapides des inserts), cette technologie séduit les constructeurs et s'impose au fur et à mesure. Le conduit de raccordement KITINOX lancé en 1985 figure parmi les premiers grands succès de la marque. 

1988 > 1999, l'accélération 

1988 est marquée par l'entrée en bourse de la société Poujoulat, et plus précisément sur le 2nd marché à Nantes. L'entreprise qui n'emploie encore "que" 150 salariés, s'installe progressivement en Europe (Belgique, Pays-Bas, Angleterre). Poujoulat devient rapidement une Entreprise à Taille Intermédiaire (ETI) et continue de s'étendre (Pologne, Suisse). Pour compléter et diversifier son offre, le groupe acquiert différentes entreprises, dont Tôlerie Forézienne, spécialisée dans la tôlerie fine, le mobilier urbain ou l'architecture. Elle est depuis devenue TF.

Infographie sur l'évolution des effectifs du Groupe Poujoulat de 1986 à 2020

En 1991, un laboratoire spécialisé dans l'activité fumisterie est créé pour accompagner les activités du Groupe Poujoulat. Il s'agit du Laboratoire CÉRIC, pour Centre d’Essais et de Recherches des Industries de la Cheminée. Le centre s'impose comme le laboratoire référent en Europe dans les domaines de la cheminée et des énergies durables. Il développe, teste et valide tous les éléments de la combustion (appareils, combustibles, conduits).

2000 > 2008, la diversification 

Cette nouvelle décennie est marquée par la cheminée industrielle, le combustible bois et la voile. 

En effet, après la cheminée domestique, Poujoulat étend son terrain d'action en acquérant Beirens, un acteur spécialisé dans la cheminée industrielle métallique. Ici, les mensurations n'ont plus rien à voir avec la cheminée de maison individuelle, les modes de fabrication et les méthodes de montage sont également différents. En 2002, CHEMINNOV est la première cheminée industrielle "industrialisée" conçue pour une installation ultra-rapide, ce qui n'est pas sans rappeler l'arrivée des premiers conduits d'évacuation métalliques signés Poujoulat... 

En 2003, c'est un autre chapitre qui s'ouvre, un chapitre qui va durablement renforcer et installer la marque auprès du grand public. Poujoulat devient Cheminées Poujoulat et associe son image à la voile en sponsorisant le navigateur Bernard Stamm. C'est le début d'une aventure sportive et humaine qui va durer plus de 15 années : Vendée Globe, Barcelona World Race, Transat Jacques Vabre, Tour Voile... L'impact auprès des collaborateurs, clients et partenaires est immense, les souvenirs sont nombreux. En complément des autres actions de communication, la voile fait franchir à Cheminées Poujoulat un nouveau cap de notoriété. 

Le bois énergie est le troisième terrain de conquête de Groupe Poujoulat pendant cette période. La création de la société Euro Énergies en 2008 est le fruit de plusieurs constats. D'une part, le fort développement des poêles à granulés en France - appareils pour lesquels Cheminées Poujoulat s'est aussi mobilisé en développant notamment Système PGI - et d'autre part, l'insuffisance voire l'absence d'offre de combustible de qualité sur le marché pour alimenter ces appareils. Très rapidement après les granulés de bois, Euro Énergies élargit son offre en proposant du bois bûche séché, propre et standardisé. La branche bois énergie du Groupe Poujoulat est bel et bien née. 

2010 > 2020, la transformation 

Les années 2010 assoient encore davantage la stratégie déjà établie. Les investissements réalisés dans les Bois Factory (BF36, BF42, et plus récemment BF70 à Demangevelle) confirment le succès de la branche bois énergie du groupe. Le développement se poursuit également à l'international. Poujoulat s'installe en Suisse et au Danemark. 

2022, un nouveau film pour le Groupe Poujoulat

Quelle que soit la décennie, le Groupe Poujoulat a toujours été en mouvement, a toujours innové pour anticiper les besoins et investir de nouveaux terrains. Pour autant, il est resté fidèle à son territoire d'origine, les Deux-Sèvres et le Marais Poitevin, dans lequel il est impliqué à différents niveaux. Le nouveau film du Groupe Poujoulat vous emmène sur ses différents sites de production dont Beirens et BF70, et éclaire sur les ambitions et les engagements de l'entreprise. Bon voyage.  
 

Interview de Bart Manlay, le réalisateur du film  

Depuis plusieurs années, vous êtes un témoin privilégié de l’histoire du Groupe Poujoulat. Quel regard portez-vous sur l’évolution du groupe ? 

- J'avais réalisé le précédent film en 2012. 10 ans plus tard, j'ai retrouvé dans les équipes ce même désir de fournir un travail et des produits de qualité. Partout, on voit l'envie de maîtriser et de faire évoluer l'entreprise. La grande application mise dans la recherche et le développement en témoigne. 

L'implication est forte, à tous les niveaux. Pendant un tournage, cela se manifeste lorsque les collaborateurs ont envie de participer, qu'ils sont force de proposition, qu'ils s'investissent. C'était le cas dans les entreprises du Groupe Poujoulat qui nous ont accueillis. 

Et puis, on sent la montée en puissance de l'activité bois énergie. Les prémices étaient là en 2012, ce film confirme ce développement. 

Le Groupe Poujoulat est resté fidèle à ses valeurs ?  

- Oui. Les 4 piliers qui sous-tendent le Projet Relations Positives, je les ai retrouvés sans difficulté lors du tournage. Même s'il s'est développé technologiquement, qu'il y a eu des investissements massifs, même s'il a pris de l'envergure au niveau international, le groupe a su conserver sa dimension humaine. 

Quelle scène vous a le plus marqué pendant le tournage ? 

- La montgolfière ! Il a fallu composer avec les conditions météorologiques du moment et des nuages très bas. Je me souviens lorsque, d'un coup, la montgolfière s'est enfoncée dans le plafond de nuages et qu'elle a disparu comme par magie... C'était très surprenant. Et puis la montgolfière porte une symbolique forte. Elle évoque la liberté, l'élévation et la maîtrise de la température de l'air par la chauffe. C'est un beau clin d'œil aux métiers historiques du Groupe Poujoulat. 

Propos recueillis le 8 avril 2022

CES ARTICLES PEUVENT VOUS INTÉRESSER